NoSgoth

Bienvenue sur le forum officiel du Royaume de NoSgoth sur SecondLife !
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresS'enregistrerConnexion
Le Royaume de Nosgoth.
L'Ancien : "Je suis le noyau vital, l'essence même de Nosgoth.".
Moébius : "T'es-tu vraiment cru capable de changer "mon" histoire ?".
Raziel : "Ma destinée t'amuse, c'est ça ?".
Kain : "L'éternité est implacable.".
Janos Audron : "Ils ne savent pas ce qu'ils font. Ils sont ignorants, et si faciles à manipuler.".
Ariel : "À jamais je suis emprisonnée ici, tout espoir serait vain...".
Vorador : "Regardons maintenant de l'autre côté du miroir.".
Hylden : "Quelle naïveté de penser que l'on peut s'opposer à sa destinée !".
Raziel : "Je veux voir le monde dans son enfance, avant la croisade des séraphéens.".
Kain : "Nous n'effaçons pas l'histoire, nous la réécrivons !".
<Janos : "Au cours des siècles, j'ai pu observer notre histoire devenir un mythe, pour finalement sombrer dans l'oubli.".
Moébius : "Juge donc l'auteur de tes sermons avant de les réciter.".
Vorador : "Quel piètre sauveur tu fais !".
L'Ancien : "Je suis, ici et ailleurs, maintenant et toujours.".
Ariel : "Je suis pure, mais éthérée. Kain, lui, est diablement réel mais vicié.".
Raziel : "Je ne voulais plus qu'une chose : débusquer Kain et l'annihiler.".
Kain : "L'épée est la clef !".
Moébiu : "Bienvenue âme perdue dans les âges. Rencontre ta Destinée.".
Raziel : "Ange ou démon, lui seul détenait la clé de mon destin.".
Kain : "Si Moébius t'avait dit que je me cachais au fin fond des enfers, m'y aurais-tu suivi, au péril de ton âme ?".

Partagez | 
 

 Leo, Le Péon Fou.

Aller en bas 
AuteurMessage
LeonardO
Etranger de NoSgoth
Etranger de NoSgoth
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2
Age : 31
Race : Humain
Classe : Péon Fou!
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Leo, Le Péon Fou.   Jeu 9 Sep - 11:21


.
.
..
...
Me voila seul, aujourd'hui, je pers tout ce qui m'a un jour appartenu.
Je n'ai plus ni famille, ni amis, ni résidence,
Rien de plus qu'un clochard, un crieur de rue, sans talent aucun.
Je fuis la ville, le regard des gens, j'aime a me promener librement, avoir l'impression d'exister par le simple bruissement de mes bottes qui foulent l'herbe, je dévie de ma route quelques branches, quelques cailloux, jusqu'à tomber sur un morceau de tissus, que je prend, que je sent, que j'apprécie. Des choses simples...
A ses cotés, une brindille, a mes yeux, presque humaine, c'est alors que je rencontre mon premier ami, cette branche, vêtue d'un vieux mouchoir de soie, J'arrive encore a m'amuser de son existence, comme un enfant, comme un fou.

Aujourd'hui j'étais seul, aujourd'hui j'ai trouvé, j'ai compris, enfin, ma destinée
N'y a-t-il pas plus beau métier que celui de créer la vie, ou au moins d'y faire croire...




Aujourd'hui, je retourne en ville, armé de ce pantin figé, qui m'amuse tant...
Alors que je le fais marcher, danser et rire sur les pavés de mon ancienne rue, la foule s'agglutine autour de moi, les plus jeunes rient a mes cotés, inventent des histoires, pour ce petit théâtre de rue...
Si les enfants brillent par leur crédulité, leur aptitude a imaginer, a rêver, les plus âgés m'éclipsent d'un revers de main de la vue de leurs fils, comme si je n'étais rien.

Les jours se suivent, et j'enrichis la scène de nouveaux personnages, un vieux gant, une écharpe, mes personnages évoluent, deviennent mobiles, j'accroche de fins fils de soies a leurs extrémités, ils dansent aujourd'hui seuls, par le simple mouvement de mes doigts agiles au dessus de leurs têtes.

La foule grossit toujours un peu plus, les gens viennent voir et découvrir, leur joie amplifiant chaque fois qu'un nouveau personnage entre en scène...



Et voila que j'existe, a nouveau, aux yeux des gens, de "Crieur de rues", je passe au grade de "Manipulateur de bouts de bois. "
Un rôle, franchement pas très glorifiant, et qui pourtant me plait, plus que tout, les gens se montrent généreux, j'entasse bibelots et pièces, je vends même certaines créations, assez pour m'offrir un nouveau chez moi...
Certes, il était lugubre, Certes, c'était une cabane de jardin, et pourtant, c'était tout, c'était un toit, un refuge.
Alors que j'accroche mes plus vielles créations aux poutres branlantes, me vint a l'esprit une idée, une envie.
Ne plus mimer la vie, si c'était possible ?
J'entame alors une nouvelle vie, si le jour, je passe mon temps dans les rues, les nuits, je m'affaire a bien plus de choses...
Je découvre la sculpture, les matériaux, le bois, le métal, la soie, le cuir, tout ceci m'inspire tant, alors que je coud une nouvelle robe, mon regard se pose sur mes doigts, aujourd'hui fins et agiles...
Ne sommes nous pas, de magnifiques objets ?...



J'entame ce projet ambitieux et fou, en oubliant parfois le jour, on vient parfois toquer a ma porte, voir si je vis encore,
je m'amusait alors, a encercler mes bras de bois taillés, renforcés de métal, tirés de fils de soies, que je remplace souvent, car ils s'usent...
je parvient cependant a ma première création folle, mon bras.
Je l'ai revu, revisité, refais, ce nouveau membre de bois et de métal enveloppe ma chair humaine, déjà, je me sent plus fort, la synchronisation est parfaite, alors que mes doigts charnus s'animent, ceux de fers jouent dans l'air, la mélodie de ces légers cliquetis m'enchante, j'ai accomplis un rêve, et pourtant... Celui là semble s'élargir encore...
Quelle douce musique, est la vie...

Je croise tous les jours des hommes, des femmes, qui me paraissent moins humains que la création que j'ai en tête, chaque décharge est une banque que je dévalise, trouvant par ci par là, des doigts, des yeux, des cœurs, des vies...





"-Ca y est...
-Le voila enfin...
-Fils, premier d'une longue lignée... "
J'ouvre les yeux sur ma première création, le cuir est lisse et beau, il ne ressemble pourtant pas a un humain, trop dur, trop lourd... Et pourtant, je vois en lui un Fils...

Si toutes mes créations ne sont que de vulgaires assemblages d'objets récupérés, accompagnés de mécanismes basiques, celui la me parait différent
Je pose mes doigts sur sa tempe, les laisse glisser sur son cou, pour sentir les fils de soie, qui déjà, s'usent, chose qui m'agace éperdument.
Les phalanges posés sur ce crane froid, je ferme les yeux de dépit, soudain ramené a la réalité d'une vie, dont personne ne pouvais avoir le secret, il n'était d'un tas de ferrailles, que je ne pourrais même pas animer, tant il était lourd.
Mes doigts se crispent, puis le repoussent, je sens perler sur ma joue une larme de deuil, celui d'un être qui n'a jamais existé. L'objet inanimé tombe a terre, dans un bruit de fracas, résonnant comme un cri en moi.




C'était inutile, j'étais inutile
Je retournais en ville, a ces petits bonheurs qui maintenant me paraissaient fade... Avais-je vieilli ? Simplement ?
Non...
Chaque soir, je retournais chez moi, repoussant du pied les morceaux rouillés de mon enfant sans vie, qui se décomposait chaque jour un peu plus...
Ces fichus fils de soie
Cette fichue lourdeur
Cette fichue vie
Mon existence ternie, je repose une dernière fois la main sur le cœur de la bête, et baisse les yeux a terre
Les minutes passent, et pèsent sur mes épaules

C'est là... Alors que je relève la tête, que ce bruit de rouille si familier se fait entendre, un autre craquement de bois me força a lever les yeux, sur celui qui m'avait imité.
Je penche la tête a gauche, et me voila face a un être miroir, je respire profondément, affolé, et voila que le torse, sur lequel j'ai la main, se soulève
Je rompt le lien, ne comprenant pas, il n'y avais plus de soie, pour l'animer, et pourtant, il tenait encore, la tête redressée, face a moi...



...Je referme alors mes doigts sur ma paume, et voila qu'il retombe, Je me vois sursauter, je ne sais pas si j'ai peur, ou si je suis excité, mais je le regarde, avant de tendre a nouveau un index vers lui, je bouge une phalange, il lève un bras, je ris.

Emporté par cet élan de joie et de découvertes, je brusque les choses, je le force a se lever, et déjà, a danser, Acteur né, il joue son rôle a la perfection, mes rires se font plus fort, et percent la petite bâtisse de bois qui recouvre ma tête

Je crois qu'ils me prennent pour un fou, dehors.

Tous les jours, je teste les nouvelles limites de ce don, jusqu'à ce jour
Il y a eut un problème...
Je ne sais pas... je ne sais plus...
J'ouvre les yeux, et me voila aux rives d'un port blafard, dans une ville morne... Qui n'est pas la mienne...




J'ouvre les yeux sur un nouveau monde, il parait si éloigné du miens, les technologies sont arriérées, mais les êtres sont sur-évolués,
Chaque jours, de nouvelles races m'apparaissent
Chaque jours, de nouvelles découvertes m'émerveillent...
Je vais rester ici, un peu, toujours peut être...

Il semble que j'ai été envoyé en ce monde, car il n'y avais pas de place pour mes talents dans l'autre
J'aurais pu être une bête de foire, dans un monde dépourvu d'imagination
Me voila au milieu de la ménagerie, pour mon plus grand bonheur...
...
..
.
.





La suite de mon histoire s'écrira, l'encre qui la trace coule déjà, aux cotés de la votre.

Merci a "Leunan" Pour les photos, et tout ce qui vas avec Wink


Dernière édition par LeonardO le Jeu 9 Sep - 11:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akira Shimada
NoS-Officier ((OOC))
NoS-Officier ((OOC))
avatar

Masculin
Nombre de messages : 608
Age : 47
Race : Demon
Classe : Defiler
Clan : Golden Evil Tribe, Star Of the Lust, Antre du Mâle Famé
Date d'inscription : 09/06/2010

MessageSujet: Re: Leo, Le Péon Fou.   Jeu 9 Sep - 11:43

Un mot ... grandiose

Ca n'augure que du bon !

Bienvenu a Nosgoth et sa capitale, Meridian la tenebreuse. En esperant que tu y trouve un endroit plaisant pour y rp geek
Revenir en haut Aller en bas
LeonardO
Etranger de NoSgoth
Etranger de NoSgoth
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2
Age : 31
Race : Humain
Classe : Péon Fou!
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: Leo, Le Péon Fou.   Jeu 9 Sep - 11:46

°Oo. Tant que Kevla m'offriras du rhum sans poussières et sans fou .oO°
J'y serais!
Revenir en haut Aller en bas
bridget decuir
NoS-Officier ((OOC))
NoS-Officier ((OOC))
avatar

Féminin
Nombre de messages : 706
Age : 28
Race : humaine
Classe : healer
Clan : le SOL et l' Antre du Mâle Famé
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Leo, Le Péon Fou.   Jeu 9 Sep - 13:33

Emerveillée, admiratrice que je suis, ré-ouvres les yeux Monsieur Leo, ne vois tu pas que tu n' es plus dans ce port blafard et que la ville morne se reveille sous des yeux insasiables et gourmands devant tant de talents?

Aujourd hui, la fête est du gôut du jour, et sur Méridian la naiveté de certains ne pourront que glorifier ta presence... Viens, reste, ne te fais pas prier, le fou n' est il pas roi?... Que ma cuvée personnelle coule à flot, je te souhaite la bienvenue!


Tout comme le dit mon associé le grand Shaman aux dépravations démoniaque, cela n' augure que du bon....

Bravo et bisous Wink (( j' ai racheté des fourrures au SOL GGrrrr!))

_________________♥ NoSgoth's Fan ♥_________________


[b]Kevla
Revenir en haut Aller en bas
Kuro'
Chevalier(e) de NoSgoth
Chevalier(e) de NoSgoth
avatar

Féminin
Nombre de messages : 606
Age : 26
Race : Beaucoup, mais Shikoku Inu de préférence...
Classe : Chieuse professionnelle
Clan : Solitaire pure et dure
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Leo, Le Péon Fou.   Jeu 9 Sep - 15:34

Wahou ! Bienvenue parmi nous et superbe BG ! =D
Revenir en haut Aller en bas
http://kurokyuuketsuki59.deviantart.com/
Dams Masatada
NoSgothien(ne)
NoSgothien(ne)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 41
Race : Lycan
Classe : Stalker
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Leo, Le Péon Fou.   Sam 11 Sep - 16:55

Un mot "Superbe"
merci de nous faire partager ces lignes et bienvenue à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leo, Le Péon Fou.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leo, Le Péon Fou.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NoSgoth :: Les Citoyens de NoSgoth ((RP)) :: Les Registres Infernaux :: Le Registre des Citoyens-
Sauter vers: