NoSgoth

Bienvenue sur le forum officiel du Royaume de NoSgoth sur SecondLife !
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresS'enregistrerConnexion
Le Royaume de Nosgoth.
L'Ancien : "Je suis le noyau vital, l'essence même de Nosgoth.".
Moébius : "T'es-tu vraiment cru capable de changer "mon" histoire ?".
Raziel : "Ma destinée t'amuse, c'est ça ?".
Kain : "L'éternité est implacable.".
Janos Audron : "Ils ne savent pas ce qu'ils font. Ils sont ignorants, et si faciles à manipuler.".
Ariel : "À jamais je suis emprisonnée ici, tout espoir serait vain...".
Vorador : "Regardons maintenant de l'autre côté du miroir.".
Hylden : "Quelle naïveté de penser que l'on peut s'opposer à sa destinée !".
Raziel : "Je veux voir le monde dans son enfance, avant la croisade des séraphéens.".
Kain : "Nous n'effaçons pas l'histoire, nous la réécrivons !".
<Janos : "Au cours des siècles, j'ai pu observer notre histoire devenir un mythe, pour finalement sombrer dans l'oubli.".
Moébius : "Juge donc l'auteur de tes sermons avant de les réciter.".
Vorador : "Quel piètre sauveur tu fais !".
L'Ancien : "Je suis, ici et ailleurs, maintenant et toujours.".
Ariel : "Je suis pure, mais éthérée. Kain, lui, est diablement réel mais vicié.".
Raziel : "Je ne voulais plus qu'une chose : débusquer Kain et l'annihiler.".
Kain : "L'épée est la clef !".
Moébiu : "Bienvenue âme perdue dans les âges. Rencontre ta Destinée.".
Raziel : "Ange ou démon, lui seul détenait la clé de mon destin.".
Kain : "Si Moébius t'avait dit que je me cachais au fin fond des enfers, m'y aurais-tu suivi, au péril de ton âme ?".

Partagez | 
 

 Bretteus, le Doux Saigneur, devint Reito, le Crématueur

Aller en bas 
AuteurMessage
Bretteus Aristocarnas
Etranger de NoSgoth
Etranger de NoSgoth
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 27
Race : Démon
Classe : Warrior
Clan : Démons d'Abaddon
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Bretteus, le Doux Saigneur, devint Reito, le Crématueur   Lun 18 Oct - 13:26

Dans une époque fort reculée, voir oubliée et rempalcée par les flots sanglant des guerres anterieures. Dans un village éloigné de tout les problèmes du monde, je vivais paisiblement en bon forgeron avec mes proches. Mais cet entourage et cette vie simple vint se faire souiller par un mal inconnu, ne surgissant que lorsque léclat de la lune atteignait une apparence de soleil nocturne qui illuminait nos terres. Lors de ces nuits, nous n'entendions, blottis dans notre terreur, que des cris de familles aggonisantes implorant, suppliant une pitier qui ne se manifestait jamais.Lors de la huitième attaque, cette nuit était pour moi. Ayant préscentit la mort, je me forgea une lame afin de défendre mes bien et ne pas être vidé de ma vie. Le monstre pénettra ma demeur, brisant tout sur son passage. Je ne sais pourquoi, je me mis à charger vers ces sons assourdissants et fracassants, brandissant mon arme tremblante. Tout ce que je vis fut un gigantesque loup, recouvert du sang de mes chers voisins, ainsi que des yeux qui percèrent mon être en me plongeant dans une funeste terreur.

Malgrés mon décès, j'eus une nouvelle chance d'accomplir mon bras vengeur sur cette bête en me réveillant la nuit de son attaque suivante. Je quitta ma tombe pour me diriger sur la place de notre village, arme de nouveau au point, dégageant une puissance qui ne pouvait que l'attirer. Le gigantesque loup fit voler la porte du domaine de ma soeur afin de me charger par surprise. Je ne pus esquiver que la porte, mais cette chose... Ses coups lourds me projetèrent dans les maisons en ruine. Je vis dans chacune d'elle la peur de mes amis, terrifiés par ce monstre, ainsi que par cet intru familier qui était de retour pour les protéger, avant de me refaire expulser par la bête dans une maison voisine. Je ne parvenais à l'égratigner qu'après avoir reçu plusieurs vingtaines de coups. A bout de force, je tomba de douleur, achevé. Sous son coup ultime, je m'évanouis. Je ne sus pourquoi la mort ne me gagna pas, Le monstre me traina dans sa gueule, vers les ténèbres qu'il habitait.

Je repris connaissance qu'en ses lieux. C'était humide, sale, telle la cave d'un vieux château. Une cage m'emprisonnait, des chaines m'immobilisaient. Bientot, un homme m'apparut, m'apportant de la nourriture crue au goùt de mes frères. Il ne répondait à aucune question, Il gardait son visage caché dans l'obscurité de la pièce où il me faisait vivre, ou survivre... Je ne pu jamais voir ses yeux sans doute tourmantés. Malgré ses vêtements aristocratiques, il ne me parraissait pas d'être un homme de cour et par son hatitude, pas un homme du tout. Une fois par jour, il ne m'apparaisait que pour cela. Je perdis vite la notion de jours, mois années, et même siècles...

Je resta terré dans ces obscures ténèbres durant huit siècles. L'homme m'apparut, tenant un verre de vin. Il me le proposa, ainsi que ma liberté si je m'en abreuvais. Je ne pus résister à cette offre et engloutiss le liquide. L'homme esquissa un léger sourire et me laissa percevoir ses yeux pales, les yeux qui m'avaient terrifiés et entrainés dans la mort. Il traina ma cage hors de cette pièce, la hissa dans un conduit où je pouvais enfin être ébloui par la lumière éclattante du soleil. Arrivé à la surface, je vis le château de mon hôte et le ponton vers lequel il m'emmenait, Nous anttenîmes maintes heures, à nous scrûter, à me réhabituer à l'air pur. Des voiles noires apparurent comme se levant du large. C'était un galion impressionnant. Il accosta et l'on s'empressa de me monter à son bord, toujours dans ma cage. Le soleil s'apprettait à se coucher, alors les marins hisèrent les voiles et me couvrirent de l'une d'elles. Je vis par un trou l'homme qui me lança un sourire d'adieu plein de sadisme.

Les vagues bercèrent calmement le navire, mais l'angoisse du lieu inconnu où l'on m'emmenait me gagna, tout comme ce sourire. La nuit tomba et le vent se leva. Une violente rafale fit voler la voile qui me couvrait. Le ciel était illuminé par une lune pleine. J'y reconnu les yeux de la bête et sentis une force furieuse monter en moi. Une vision me vint, celle de l'instant où l'homme, si je puis toujours l'appeler ainsi, m'avait offert le vin, il avait une entaille fraiche au poignet. Je compris qu'il avait mis son sang et son mal dans le breuvage. Le mal m'envahit et me plongea dans un sommeil sans rève.

Je repris connaissance que lorsqu'un choc puissant se fit sentir. Je regarda autour de moi. Le navire était sacagé, délabré. Des vagues de sangs faisaient flotter les matelos à bord. Les membres des hommes étaient pour la plupart éparpillés dans ce flot. Le gout de chacun d'eux emplissait ma bouche. Appeuré, je compris que cet acte monstrueux était de moi, enfin de la nouvelle partie de moi qui venait de naître. Je me leva et vis que le navire venait d'accoster dans un port, défonçant un ponton. Je quitta ce galion fantome pour m'enfoncer dans la ville. Une affiche la nomme Nosgoth...



Dernière édition par Bretteus Aristocarnas le Lun 18 Oct - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bretteus Aristocarnas
Etranger de NoSgoth
Etranger de NoSgoth
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 27
Race : Démon
Classe : Warrior
Clan : Démons d'Abaddon
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: La chasse lancée   Lun 18 Oct - 13:45

Bretteus trouva une meute qui l'accepta. Les Bury's Werewolf lui firent hospitalité au sein de leur clan, qu'il découvrit être un Royaume. Ils lui apprirent à contrôler sa rage, le faisant passer de simple chien de traques à lycanthrope prometteur. Mais la rage qui le rongeait lui fit prendre la tête d'une maigre rébellion, pour détrôner le Roi Klein Bury, qui fût un échec cuisant.

Damné à l'errance, Bretteus quitta ces Contrées et ces Terres. Il arriva bientot en un lieu étrange, où une autre famille puissante de vampires recueillit ce qui restait de lui, les Excallions de Golconda. Des remèdes lui permirent de dompter la bête en lui pour de bon, il regagna sa liberté face à la lycanthropie.

A leur côté, il réussit à retrouver la piste du malfaisant qui lui jeta cette malédiction. Piste qui le conduisit à la démence, comme si il se faisait malipuler, guider en rond
Revenir en haut Aller en bas
Bretteus Aristocarnas
Etranger de NoSgoth
Etranger de NoSgoth
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 27
Race : Démon
Classe : Warrior
Clan : Démons d'Abaddon
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: La venu et Reito et le Pacte   Lun 18 Oct - 13:58

Des années plus tard, des années de traques sans réussite, Bretteus perdit espoir. C'est alors qu'une nuit, un être se manifesta à lui. Un être démoniaque qui se présenta comme étant Reito, connu sous Crématueur. Il lui apprit détenir une créature familière, un loup garou, Le loup garou. Il lui proposa alors un marcher. Bretteus servirait d'hôte le temps que le Crématueur accomplisse une mission sur Terre. Leurs pouvoirs seraient alors mêlés tant pour la mission du démon que pour Bretteus à qui serait alors livré la bête tant cherchée pour son ultime combat
Revenir en haut Aller en bas
Bretteus Aristocarnas
Etranger de NoSgoth
Etranger de NoSgoth
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 27
Race : Démon
Classe : Warrior
Clan : Démons d'Abaddon
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bretteus, le Doux Saigneur, devint Reito, le Crématueur   Lun 18 Oct - 14:06

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bretteus, le Doux Saigneur, devint Reito, le Crématueur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bretteus, le Doux Saigneur, devint Reito, le Crématueur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NoSgoth :: Les Citoyens de NoSgoth ((RP)) :: Les Registres Infernaux :: Le Registre des Citoyens-
Sauter vers: